Son histoire

Il s’agit d’un avion dont le design a été défini début des années 1960 par l’Ingénieur Claude PIEL, à qui on doit aussi une participation très active, avec Auguste MUDRY, pour la genèse du CAP10.

En effet le « Super Emeraude » a servi de base pour cet excellent avion de voltige.

Le Volatile F-PYOT, CP320 « Super Emeraude », a été construit début des années 1980, et a obtenu son certificat de navigabilité le 01-12-1983.

Il porte le numéro de série 386.

Coup de cœur

Pendant ma formation, sous la houlette de notre « Mestre es Aviation », et néanmoins comique, Francois PELLETIER, j’entendais souvent parler d’avions avec des caractéristiques sympathiques, et permettant d’aborder l‘aviation d’une manière différente, mais à un coût encore acceptable.

Je me suis mis à la recherche d’une machine qui saurait faire mon bonheur.

Mon ami « BARDIX », dont on peut lire des informations sur son avion dans ce site (voir F-PIOL), me parle de « Super Emeraude » et me met en contact avec Christophe PALIKA, le propriétaire.

L’avion se trouve à Saint-André de l’Eure, ce qui ne gêne en rien, car rendez-vous est pris dans la foulée pour voir ce type de machine.

Christophe m’invite d’emblée à faire un tour dans le ciel de Normandie, au-dessus d’une zone que je connais bien, ayant habité à La Chaussée d’Ivry.

Je suis immédiatement conquis par la manière de voler de cet avion.

Lors du rendez-vous Christophe me dit que l’avion est en vente… Coup de cœur : je n’hésite pas une seconde… J’achète !

Une longue réparation

Le principale est de parètre !

Le principale est de paraitre !

A l’occasion d’une visite chez AS-Romans, il a été décidé de remettre la machine en parfait état. Le volatile a donc été entièrement démonté pour remettre la menuiserie et l’entoilage à neuf. Je dis un grand merci à Clément et son équipe d’AS-Romans d’avoir pris soin du Volatile F-PYOT.

Même s'il faut pédaler :o)

Même s’il faut pédaler :o)

Après environ 1600h, ou 1,5 année de travail, dans les mains expertes de Gilles et de Guilhem, et de l’équipe d’AS-Romans, l’avion m’est revenu dans un état exceptionnel.

Un album photo de cette réparation au long court est disponible ici.

 

Une longue réflexion

Encore fallait-il que je me mette d’accord avec moi-même sur sa livrée…

Après diverses hésitations, et avec l’aide de mon gendre David, qui maitrise bien les outils du graphiste, divers projets ont été élaborés.

Finalement il sera BLEU et JAUNE… avec quelques rappels historiques

Mais le résultat est à la hauteur de mes espérances, et on peut voir ce que cela donne lorsque le Volatile F-PYOT sort de son hangar pour prendre l’air.

Son propriétaire

2014-07-25 - F-PYOT - Avion_17

Eh oui, c’est moi, un soi-disant bipède étonnant toujours en vadrouille autour du monde :o)

Il est vrai que je fais pas mal de très longues navigations… mais comme PAX.

Je demande toujours les places 0A et 0B, mais elles sont toujours prises.

Je suis un passionné d’aviation et de belles choses.

Son écusson et son badge

Blason JG27

Écusson : une histoire de famille !

Cet écusson est celui de JG27, Escadrille de chasse dans laquelle volait mon grand-oncle Emile CLADE, « As » de la chasse allemande sur Messerschmitt Me109.

messerschmitt-me109

Émile a été abattu 4 fois, mais s’en est toujours sorti. Probablement sa formation de vélivole lui permettait de bien faire ses encadrements avec moteur en panne.

Après la guerre, il a été une des figures de la voltige renaissante en Allemagne.

Le voici en 1966 à droite et à coté de Carl-Clemens BÜCKER et du FW44J immatriculé D-EMOF, lors de championnats d’Allemagne de voltige.

fw44j

Et le D-EMOF vole toujours. Le voici en Août 2004.

d-emof

Son badge : doit être porté obligatoirement par ses membres d’équipage :o)

Macaron de combi CP320_F-PYOT

Premier vol, arrivée dans son hangar actuel à Pérouges

Le Volatile est revenu à Pérouges le 17 Octobre 2014.

Je suis repassé sous les fourches caudines de Francois pour apprendre à voler sur un « traine-queue ».

Il faut un peu d’entraînement pour passer du Piper PA28 immatriculé F-GIBX, sur lequel j’ai fait la plus grande partie de ma formation, vers un train classique.

Le Volatile F-PYOT est très réactif aux commandes et s’apparente plus à un cabriolet de sport dans son mode de fonctionnement.

Début d’une autre aventure : voler !

Maintenant je vole le plus souvent possible avec mon Volatile « Super Emeraude » F-PYOT, surtout quand la MTO et mes déplacements m’en laissent l’opportunité.

Publicités