Son histoire avant qu’il arrive au club

Plan d’Aide Marshall

F-BOOV : PIPER L-18C-PI SUPER CUB 18-1594 51-15594(N), ALAT (Aviation légère de l’armée de terre).

Il a été importé au titre du Plan d’Aide Marshall (PAM) en avril 1954 :

  • 357 exemplaires ont été commandés au titre du PAM. Livrés en 5 tranches (14 + 15 + 218 + 78 + 32), 12 sont équipés en remorqueur de manche à air. Voici ces tranches :
    • 1ère tranche de 14 appareils : 18-1009 (serial 51-15312) à 18-1022 (serial 51-15325)
    • 2ième tranche de 15 appareils : 18-1330 (serial 51-15330) à 18-1344 (serial 51-15344)
    • 3ième tranche de 218 appareils : 18-1354 (serial 51-15354) à 18-1571 (serial 51-15571)
    • 4ième tranche de 78 appareils : 18-1576 (serial 51-15576) à 18-1653 (serial 51-15653)
    • 5ième tranche de 32 appareils : 18-2076 (serial 52-2476) à 18-2108 (serial 52-2508)
  • Cet appareil dote les GAOA (Groupement d’Aviation d’Observation d’Artillerie) et les GALAT (Groupement d’Aviation Légère de l’Armée de Terre), ainsi que les pelotons en Algérie pour les petites liaisons et les accompagnements de convois.
  • 200 seront restitués aux autorités américaines dans le cadre des rétrocessions de matériel d’origine PAM entre novembre 1966 et mai 1970.

Sources : PAF (Piper Air Force), basé à Chavenay, près de St Cyr l’école.

Sa vie à lui

Livré à l’ALAT en mars 1952, il est affecté au GAOA N°1 de Nancy, puis au GAOA N°9 de Valence en juin 1956. Ensuite, sa nouvelle affectation sera l’annexe de l’ES.ALAT à Tarbes, la 671e CRALAT de Dax, le GALAT N°1, l’escadrille de l’EAI, l’ERM de Versailles, l’escadrille de l’EAA puis l’ERM de Bruz. Nous ne possédons malheureusement pas de date précise pour ces affectations.

Il poursuit sa carrière à l’ES.ALAT de Dax en 1963, est versé à l’ERM de Valence en août 1965 puis est réformé le 30 août 1965.

Son histoire une fois chez nous

Voici quelques mots de personnes qui ont participer à la vie de notre F-BOOV une fois chez nous. Je vous les donne tels-quels. Ils sont « vrais » ;o)

« La peinture actuelle sort de l’imagination d’un groupe de potes dont je faisait partie. Elle prend son inspiration dans la peinture des avions jaguars lors de la première guerre du golf. Jamais un seul Piper n’a porté une telle décoration, c’est une idée « loufoque » et donc sur ce point il est unique. Pour les cocardes, nous avons eu l’autorisation des militaires pour parfaire la déco. » ― Francis Chagneau.

« Le BOOV a été acheté par le club à monsieur CHATELAIN d’Oyonnax le 15 février 1989. Gilbert DARMON l’avait repéré depuis pas mal d’années, et avait fait promettre à ce monsieur, que lorsqu’il vendrait son avion, il fallait lui en parler en premier. Il a tenu parole, et la transaction c’est faite assez rapidement. Une RG a été faite à Villefranche Tarare et nous l’avons acheté 120 000 Frs ( une très bonne affaire).

Trois ans plus tard, nous l’avons entièrement repeint avec comme objectif de l’emmener à La Ferté Allais au mois de Mai suivant. Il a eu un très gros succès.

En 1995, un pilote de chez nous a fait un cheval de bois au cours d’un atterrissage à Villefranche Tarare. Coût de l’opération 200 000 Frs. Réparation effectuée chez SHNEIDER à Romans.

Réception de l’appareil en septembre 95 et prise de renseignements pour l’assurer Tous risques. Trois semaines plus tard, nouvel accident de cet appareil par un pilote de chez nous qui heureusement a compris qu’il valait mieux quitter le club. Il a démarré le moteur à la main, sans respecter les consignes. Cet avion c’est échoué dans les acacias qui se trouvaient à l’emplacement des nouveaux locaux (salle de réunions et des pilotes). Heureusement, pas de blessé. L’assureur nous apprenait que les démarches pour l’assurer Tous risques se terminaient le lendemain à 0 h. L’accident a eu lieu la veille à 16h. La réparation s’est encore faite à Romans et l’avion a été entièrement ré-entoilé. Coût de cette opération, encore 200 000 Frs. Devant le refus de dédommager un peu le club, nous avons engagé une procédure juridique contre ce monsieur, et le club a gagné le procès. Il a été puni de 4 000 Frs. Le règlement intérieur prévoyait quand cas de faute du pilote, il était condamné à 10 fois le coût de l’heure de vol… Évidement, nous avons modifié le règlement intérieur sur ce sujet.

Pour être clair, en l’espace d’un mois cet avion nous à coûté 400 000 Frs. Depuis cet avion est assuré Tous risques, et nous avons fait installer un démarreur. La sellerie a été entièrement refaite et le moteur est aujourd’hui plein potentiel.

Quel bel avion nous avons. Nous sommes très enviés et nous en sommes très fier. » ― Gilbert Darmon.

Autres informations

Quelques liens :

  • Le Piper Club France : plein d’infos !
  • Le Piper Cub (Wikipédia)
  • Un Piper, c’est quoi ? (source Piper Club de France)
  • Piper Cub Club : « The Cub Club is an organization of aviation enthusiasts interested in preserving and promoting the restoration, maintenance and flying of the long-wing fabric Piper Cubs. The Cub models include the E2, J2, J3, J4, J5, L4, HE-1, PA-11, PA-12, PA-14 and PA-18 » (source Piper Cub Club).
  • Matériel ALAT : par Christian Malcros.
  • Le Piper journal. Création du n°1 en juin 1944. A voir en lignes une copie des premiers numéros. Disponible sur le site des Ailes de LA Terre. Une contribution à l’historique de l’ALAT.
  • LE PIPER JOURNAL : Journal de l’Ecole d’Aviation d’Artilleriede Lourmel et Cannes-Mandelieuentre – Mai 1944 et Juillet 1945 – Retrouvé par le Colonel A.DESCAMPSPrésident Honoraire du Musée de l’ALATqui m’a fait l’amitié de le proposerpour  » Les Ailes de La Terre « .

Quelques explications sur ces nombres et abréviations :

  • Pour comprendre les abréviation militaires dans ce domaine : abréviations de l’Armée de Terre et de l’Armée de l’Air.
  • Serial, Serial number : n° de série. Identifiant de l’appareil.
  • Les chiffres type 18-1009 représentent les tranches de livraisons.
  • PA est souvent utilisé pour Piper.
  • Dans les abréviations : P. pour civil, L. pour appellation de ALAT ou militaire américaine. _A vérifier.

Pour s’y retrouver dans ces familles d’avions…

« Piper Cub » ou « Piper J-3 » ou « Piper L-4 »

Pendant la guerre, le J-3 sera sélectionné par l’armée américaine comme avion d’entrainement, d’observation, de liaison et d’évacuation de blessés (source Wikipédia).

Plusieurs milliers seront construits sous la désignation Piper L-4, reconnaissables à leur cabine plus largement vitrée que les versions civiles. Les L-4 seront surnommés Grasshoppers, c’est-à-dire sauterelles, pour leur tendance à rebondir à l’atterrissage (nous y voilà…) D’où le problème pour poser ce machin (source Wikipédia).

Autre surnom côté français : Le Mouchard.

C’est lors de la bataille de Normandie que l’US Air force a baptisé le Piper Cub de 65cv « la sauterelle » car il se posait absolument partout mais en priorité dans les champs où paissaient les vaches ce qui leur indiquait que ces champs n’étaient pas minés… Il faut savoir qu’en juin 44 dans la zone de Saint Lo, le Major Charles Carpenter de la 4ème division armée a détruit 5 chars allemands à l’aide de 6 bazookas attachés sous les ailes de son Piper Cub ! Ensuite ce sont les maquisard qui l’ont baptisé « le mouchard ». En Algérie, les militaires français ont repris le terme de « mouchard » pour nommer le PA19… (source : « La Chronique de l’aviation », Edouard Chemel, 984 pages).

Puissance de 65cv.

Un L-4 a participé à la bataille de Meximieux en septembre 1944. Il se crache quelques temps après, et donc avant la fin de la guerre.

Plus d’informations sur Wikipédia.

Piper « PA-19 » ou « L-18 »

C’est notre F-BOOV !

Versions militaires de reconnaissance et de liaison (source Wikipédia). Sans volet hypersustentateurs, et une puissance 90cv.

Autre surnom côté français : Le Mouchard (lui aussi !)

« L19 »

Vient de chez Cessna. Surnommé Bird Dog.

« Piper PA-18 » ou « Piper Super Cub »

Avec des volets hypersustentateurs, et une puissance de 150 cv. En production jusqu’en 1994 chez Piper (source Wikipédia).

Plus d’informations ici.

« PA-11 Cub Special »

ToDo.

« PA-12 Super Cruiser »

Avion triplace.

« PA-14 Family Cruiser »

A venir.

Quelques « copains »

  • F-BOMI : PA-19, c/n 18-1359, Aéro-club d’Annecy
  • F-GFPJ : PA-19, Aéro-club Jean Bertin.
  • G-BLGT : PA-19, appartient à Flying Focus, stationné à Den Helder Airport.
  • F-BOOX : PA-19, L-18, c/n 18-1616, Aéroclub de lEst, Tomblaine.
  • F-BOMX : PA-19, L-18, c/n 18-1368, France.
  • F-BOUE : PA-19, L-18, c/n 18-1470, _. A priori, le F-BOUE est celui dont le plan de peinture
    est le plus fidèle aux origines ALAT.

Les petites histoires qui font la grande…

En 1929 Mr OILMAN PIPER investit dans la firme d’aviation des frères TAYLOR afin de construire un avion élémentaire à un prix minimal. Ainsi nait en 1930 le Modèle E-2 CUB, léger et peu encombrant il est propulsé par un moteur BROWNBACH de 20ch ! L’avion peut à peine voler, mais Mr PIPER poursuit son idée, rachète les actions de la compagnie TAYLOR et équipe son E-2 CUB d’un CONTINENTAL de 37ch à 4 cylindres refroidis par air. L’avion ne coûte que 1325 dollars et obtient un énorme succès… C’est en 1935 et cet avion s’appelle le « TAYLOR PIPER E-2 CUB », et c’est déjà la cellule du J3. Pour finir, le dernier PA18 SUPER CUB est sorti de l’usine en 1981. Belle saga, n’est ce pas ?

Ne manquez-pas la page Histoire du piperclubfrance.

Publicités